L’absolutisme royal n’est pas le droit pour le roi de faire ce qu’il veut. C’est la faculté, qu’il a de juger en dernier ressort.

Le roi est limité dans ses volontés par quelques règles immuables : il ne peut ni de morceler son royaume, ni d’attenter à la propriété, ni de léguer sa couronne à des bâtards ni de ne plus être catholique.

Cela mis à part, plus aucune liberté ne lui est opposable : au-dessus, c’est le bon Dieu. Le XVIIIe siècle verra l’affaiblissement, puis l’effondrement de l’absolutisme royal. Pour le meilleur ou pour le pire ?

De la mort de Louis XIV à la Révolution, l’absolutisme royal n’a cessé d’être sapé par les forces conjuguées des juges (souvent jansénistes) et des Lumières.

Pour Radio Maria, de Toulon, comment l’autorité du roi, protecteur des métiers et des libertés, a systématiquement été entamée par des forces arcboutées sur leur pouvoir et leur élitisme.

Pour en savoir plus :

 

Partager sur :

Infos de l'auteur

Marion Sigaut

Les commentaires sont fermés.